logo
Peinture à l'huile, nacre et feuille d'or... Voilà ce qu'il a fallu pour réaliser cette petite merveille sur une boîte en papier mâché...

L' Edito de Pascale

Bonjour,

Je vous emmène au pays des miniatures russes, des merveilles de finesse plus étonnantes les unes que les autres.
Les traditions sont toujours très scrupuleusement respectées par les artistes
Leurs pinceaux ont souvent l'épaisseur d'un cheveu et, à chaque fois que j'ai pu les observer travailler, le temps s'est vraiment suspendu !

Andreï de Palekh, à qui une de mes clientes demandait ce qu'il fallait pour parvenir à un tel niveau, avait répondu :
'' Rien que 3 choses : De très bons yeux, des doigts en or, et une très bonne paire de fesses, car parfois pour réaliser une boîte nous nous asseyons pour des mois ''
Souvent, quand des artistes présentaient leur travail dans ma galerie, les clients leur demandaient combien de temps il leur avait fallu pour réaliser cette boîte, la réponse était '' C'est beaucoup plus long
que vous ne pensez ! '' Tellement vrai !
La peinture sur objets en papier mâché recouverts de laque commença en Russie à la fin du 18ème siècle à Fedoskino, petite ville proche de Moscou qui s’appellait alors Danilkovo.
La première fabrique voit le jour grâce à P.Korobov, un commerçant russe qui fit preuve de beaucoup d'inventivité. A sa mort, les Loukoutine, des commerçants moscovites prirent le relais, firent rayonner leurs productions dans toute la Russie et sur les expositions internationales.
À la fin de 19 siècle à la mort du dernier Loukoutine, l’entreprise ferme. Seul un atelier de 10 artistes se constitue et perdure. Après 1917, malgré les difficultés des premières années de l’Union Soviétique, l’art de la miniature subsiste à Fedoskino.
De nombreuses artistes n'ont cesser d'y créer des pièces exceptionnelles depuis cette époque, aujourd'hui ils sont connus dans le monde entier, et les collectionneurs raffolent de leurs créations. Koskov, Koslova, Shapkine, Rogatov, Rogatova, Issaiev, Kouznetsov...
N'hésitez pas à me contacter si vous rêvez de voir certaines de leurs oeuvres.
Les musiciennes ci-dessus et Carnaval ci-dessous par l'un des très grands de Fédoskino,
Oleg Shapkine - Rien à dire tellement c'est fabuleux. Prenez juste le temps de les admirer
et de découvrir tous les détails. Que de Talent !
Après la révolution de 1917, qui entraîna la fermeture des ateliers de peinture et de restauration d’icônes, des entrepreneurs originaires de Palekh cherchèrent des solutions pour ne pas subir tous ces changements difficiles. Un des plus importants fut Alexandre Glazounov.
Avec son beau-frère, le peintre Ivan Golikov et d’autres artistes formés à la peinture d’icônes, ils se lancèrent dans la fabrication de miniatures sur laque. C’est ainsi que Golikov commença à travailler, en utilisant les techniques de la peinture d’icônes : pigments naturels de couleur mélangés au jaune d'oeuf, feuille d'or pour sublimer de nouveaux thèmes d'inspiration.
Il en sera de même dans 2 autres villages Mstiora et Kholuy très connus aujourd'hui également des amateurs des miniatures russes.
Le célèbre conte d'Alexandre Pouchkine Le Tsar Saltan
raconté en plusieurs tableaux par les artistes de Palekh. Merveilleux !
Palekh est aussi la capitale russe de la peinture d’icônes.
Puisque la beauté est rencontre, toujours inattendue, toujours inespérée,
seul le regard attentif peut lui conférer étonnement,
émerveillement, émotion, jamais identiques.

François Cheng

A très bientôt le plaisir de vous revoir, de vous entendre

ou de vous lire.

logo
Email Marketing Powered by MailPoet